Dialogue Chrétien et Musulman

Accueil du site > Dialogue Chrétien et Musulman > Le Prophète Jésus [PBSL] > LA SAINTE BIBLE

LA SAINTE BIBLE

vendredi 16 février 2007, par Mehdi


M. Etes-vous sûr que la Bible est sainte ?

C. Oui, j’en suis absolument sûr ; c’est la parole de Dieu.

M. Lisez Ce que disait Luc en (1:2 et 3) à propos de sa narration des faits : "De même que ceux qui, dès le commencement, étaient témoins oculaires et serviteurs de la parole, nous ont transmis un récit des événements qui se sont accomplis avant nous, il m’a semblé bon à moi aussi, qui en ai eu une parfaite compréhension dès le début, de t’ en faire un récit ordonné, excellent Théophile."

M. Si Luc affirmait que lui-même n’était pas un témoin oculaire et qu’il n’avait acquis son savoir ni par le témoignage de ses yeux ni par des paroles inspirées par Dieu, croyez-vous encore que la Bible soit la parole de Dieu ?

C. Peut-être cette partie seulement n’est- elle pas la parole de Dieu.

M. L’histoire a montré que la Bible a subi des changements à travers les âges. La "Nouvelle Version Classique Américaine de la Bible" et la "Nouvelle Traduction Universelle des Saintes Ecritures" ont supprimé certains versets qui figurent dans la version du Roi Jacques . Le "Reader’s Digest" a réduit de cinquante pour cent l’Ancien Testament et d’environ vingt-cinq pour cent le Nouveau Testament. Il y a quelques années des théologiens chrétiens ont envisagé d’expurger la Bible. Dire que la Bible est sainte signifie-t-il que la Bible est dégagée de toute erreur ?

C. Oui, en effet. Mais de quelle erreur voulez-vous parler ?

M. Supposons qu’un verset établisse qu’une personne est morte à l’âge de cinquante ans et qu’un autre verset spécifie que la même personne est morte à l’âge de soixante ans, les deux assertions peuvent-elles être vraies ?

C. Non, les deux assertions ne peuvent être vraies. Ou bien une seule des deux est vraie, ou bien les deux sont fausses.

M. Si un livre saint contient des versets contradictoires, pouvez-vous encore le considérer comme saint ?

C. Certes pas, parce qu’une écriture sainte est une révélation qui vient de Dieu ; il est impossible qu’elle contienne des erreurs ou des versets contradictoires.

M. Encore une fois, donc, elle n’est pas sainte.

C. Il est vrai que son caractère de sainteté disparaît.

M. S’il en est ainsi, vous ne pouvez y ajouter foi à cent pour cent. Quelles pourraient être les causes d’une telle altération ?

C. Il pourrait s’agir d’une erreur dans le récit, de modifications opérées délibérément par les scribes, de suppressions ou d’additions.

M. Si la Bible contient des versets contradictoires, la considérez-vous encore comme sainte ?

C. Je ne crois pas que la Bible ne soit pas sainte, puisque je n’y vois pas de versets contradictoires.

M. Elle contient de nombreux versets contradictoires.

C. Dans l’Ancien ou le Nouveau Testament ?

M. Dans les deux Testaments. En voici quelques exemples :

SAMUEL II, 8:4

Et David lui prit mille chars et sept cents cavaliers, et vingt mille fantassins.

CHRONIQUES I, 18:4

Et David lui prit mille chars et sept mille cavaliers, et vingt mille fantassins.
Q. Sept cents ou sept mille ?

SAMUEL II, 8:9-10

Quand Toi, roi de Hamath, apprit que David avait battu toute l’armée de Hadadézer. Alors Toi envoya son fils Yoram vers le roi David, afin de le saluer et de le remercier, parce qu’il s’était battu contre Hadadézer,et l’avait vaincu. Hadadézer, en effet, était en guerre avec Toi. Et (Yoram se rendit près du roi David ) avec des vaisseaux d’argent et des vaisseaux d’or, et des vaisseaux d’airain.

CHRONIQUES I, 18:9-10

Alors quand Tôou roi de Hamath apprit que David avait battu toute l’armée de Hadarézer roi de Zobah, il envoya Hadoram son fils vers le roi David pour s’enquérir de son bien-être, et pour le féliciter parce qu’il s’était battu contre Hadarézer et l’avait vaincu ; (car Hadarézer était en guerre avec Tôou ;) Et (Hadoram se rendit auprès du roi David ) avec toutes sortes de vaisseaux d’or, et d’argent et d’airain.
Q. Toi ou Tôou, Yoram ou Hadoram, Hadadézer ou Hadarézer ?

SAMUEL II, 10:18

Et les Syriens s’enfuirent devant Israël ; et David extermina sept cents conducteurs de chars leur appartenant et quarante mille cavaliers, et il frappa Chobach, le chef de leur armée, qui mourut sur le champ.

CHRONIQUES I, 19:18

Mais les Syriens s’enfuirent devant Israël ; et David extermina sept mille conducteurs de chars leur appartenant et quarante mille fantassins, et il tua Chophak, le chef de leur armée.
Q. Sept cents ou sept mille conducteurs ? Quarante mille cavaliers ou quarante mille fantassins ? Chobach ou Chophak ?

ROIS II, 8:26

Ahaziah avait vingt-deux ans quand il commença à régner.

CHRONIQUES II, 22:2

Ahaziah avait quarante-deux ans quand il commença à régner.
Q. Vingt-deux ou quarante-deux ans ?

ROIS II, 24:8

Jehoyakîm avait dix-huit ans quand il commença à régner, et il régna trois mois à Jérusalem.

CHRONIQUES II, 36:9

Jehoyakîm avait huit ans quand il commença à régner, et il régna trois mois et dix jours sur Jérusalem.
Q. Dix-huit ans ou huit ans ? Trois mois ou trois mois et dix jours ?

SAMUEL II, 23:8

Voici les noms des puissants guerriers que possédait David :le Tahkémonite investi du commandement suprême, chef de division ; élevé au même rang fut Adino l’Eznite :il brandit la lance seul contre huit cents ennemis qu’il tua d’un seul coup.

CHRONIQUES I, 11:11

Et voici le nombre des puissants guerriers que possédait David : Jachobéam, fils de Hakmoni, chef de division ; il brandit la lance contre trois cents ennemis qu’il transperça en une seule fois.
Q. Tahkémonite ou Hakmoni ? Huit cents ou trois cents ?

SAMUEL II, 24:1

Et à nouveau la colère du Seigneur s’embrasa contre Israël, et elle poussa David contre eux en disant : "Va, fait le recensement d’Israël et de Judah."

CHRONIQUES I, 21:1

Et Satan se dressa contre Israël, et incita David à ordonner le recensement de son peuple.
Q. S’agit-il d’abord de Dieu - Dieu d’Abraham, de Jacob et de David - et ensuite de Satan

SAMUEL II, 6:23

Or Mikal, fille de Saül, n’eut pas d’enfant jusqu’au jour de sa mort.

SAMUEL II, 21:8

Cependant le roi prit les deux fils de Ritspa, fille d’Aya, qu’elle avait enfantés à Saül, et qui se nommaient Armoni et Mephibocheth ; et les cinq fils de Mikal, fille de Saül, fils qu’elle avait enfantés à Adriel, fils de Barzillai le Méholathite.
Q. Mikal eut-elle des enfants ou non ? Le nom de Mikal mentionné dans le deuxième livre de Samuel (21:8) se trouve également dans la version du Roi Jacques (King James’version ) et dans " La nouvelle Traduction Universelle des Saintes Ecritures" utilisée par les Témoins de Jéhovah, mais apparaît sous la forme "Merab" dans la "Nouvelle Bible Classique Américaine".

C. Je n’ai jamais remarqué ces erreurs auparavant. Y en a-t-il encore beaucoup ?

M. Voulez-vous davantage de citations ? L’évidence de tant d’erreurs ne suffit-elle pas à dénier à la Bible tout caractère de sainteté ? Voyez en Genèse (6:3) : "Et le Seigneur dit : ’mon esprit ne s’ efforcera pas toujours [de maintenir] l’homme [en vie], car celui-ci n’est que chair : ses jours toutefois atteindront le nombre de cent et vingt années’." Quel âge cependant Noé avait-il lorsqu’il mourut : bien plus de cent vingt ans.
Voyez en Genèse (9:29) : "Et les jours de Noé furent au nombre de neuf cent cinquante ans lorsqu’il mourut."
Quelques théologiens chrétiens ne soutiennent pas que l’âge de l’être humain serait de cent vingt ans mais que le déluge devait survenir cent vingt ans après. Cette manière de voir les choses ne concorde pourtant pas car, à l’époque du déluge, Noé aurait eu six cent vingt ans (500 + 120), mais la Bible spécifie six cents ans. Etudiez ces versets : Genèse (5:32) : "Et Noé avait cinq cents ans [...]" ; Genèse (7:6) : "Et Noé avait six cents ans quand le déluge s’étendit sur la terre."
D’autre part, le christianisme soutient que Dieu a créé l’homme à son image ; comment donc : blanc, noir, ou de tout autre type, masculin et féminin ? C’est ce qui est établi en Genèse (1:26) : "Et Dieu dit, faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance [...]". Mais ce verset contredit Isaïe (40:18 et 25) : " ’A qui, Dieu compareras-tu ? Ou même, quoi de comparable Lui compareras-tu ? [...] A qui donc, Me compareras-tu, ou qui verras-tu comme mon égal ? ’ dit l’Unique et Saint."
Voyez aussi en Psaume (89:6) : "Qui, en effet dans les cieux peut-être comparé au Seigneur ? Qui, parmi les fils des puissants de ce monde, est semblable au Seigneur ?" Et voyez Jérémie (10:6 et 7) : "Etant donné que nul n’existe semblable à Toi, Ô Seigneur [...] nul n’existe semblable à Toi."

C. Mais tous ces versets appartiennent à l’Ancien Testament.

M. Examinons maintenant le Nouveau Testament :

JEAN, 5:37

Vous n’avez jamais entendu Sa voix.(Dieu ) à aucun moment, ni vu sa forme.

JEAN, 14:9

[...] Celui qui m’a vu a vu le Père [...]

JEAN, 5:31

Si je me rends témoignage à moi-même, mon témoignage n’est pas vrai.

JEAN, 8:14

Jésus leur répondit et leur dit, quoique je rende témoignage de moi-même, cependant mon témoignage est vrai.

M. Ce sont là seulement quelques contradictions que contient le Nouveau Testament. Vous en trouverez davantage si nous discutons ensemble sur la véracité des doctrines du christianisme moderne concernant les dogmes de la Trinité, de la divinité de Jésus-Christ, de sa filiation divine, du Péché originel et de la Rédemption, sans compter des atteintes dégradantes à la personnalité de nombreux prophètes de la Bible évoqués comme adorateurs de faux dieux, et accusés d’inceste, de viol et d’adultère.

C. Où, dans la Bible, trouvez-vous tous ces détails ?

M. Noé nous est dépeint dans un tel état d’ivresse qu’il reste exposé nu en présence de ses fils adultes (Genèse, 9:23-24) : "Et Sem et Japhet prirent un vêtement dont ils se recouvrirent tous deux les épaules, puis ils avancèrent à reculons et couvrirent la nudité de leur père ; et comme ils lui tournaient entièrement le dos, de leur père ils ne virent point la nudité. Et Noé s’éveilla de son ivresse, et sut ce que lui avait fait son fils cadet."
Salomon fut non seulement accusé d’entretenir un large harem mais aussi d’adorer de faux dieux comme il apparaît au Livre des Rois I (11:9-10) : "Et le Seigneur fut irrité contre Salomon. Il lui avait donné des ordres sur ce point précis : qu’il n’aille pas se rallier à d’autres dieux : mais il n’observa pas le commandement du Seigneur."
Aaron en tant que prophète qui avait accompagné son frère Moïse lorsqu’il eut à se rendre auprès de Pharaon, fut accusé d’avoir façonné le veau d’or pour que les Israélites se missent à l’adorer (Exode, 32:4) : "Et lui [Aaron] les reçut [des boucles d’oreille en or] de leurs mains, et après qu’il eût fait un veau en or, façonna celui-ci avec un burin ; et ils dirent alors : ’Ô Israël, les voici tes dieux qui t’ont fait monter de la terre d’Egypte’."
En Genèse (19:36), il est question de l’inceste commis par le prophète Lot avec ses deux filles : "Les deux filles de Loth devinrent enceintes de leur père."
Il est fait état en Genèse (29:28) d’un prophète qui se maria avec deux soeurs en même temps : "[...] et il [Laban] lui donna également pour femme sa fille Rachel."
Un autre Prophète fut également accusé d’adultère (Samuel II , 11:4 et 5) : "David envoya des messagers pour la chercher. Elle vint à lui et il coucha avec elle alors qu’elle se purifiait justement de son impureté. Elle retourna dans sa maison. Cette femme devint enceinte et envoya dire à David : ’Je suis enceinte’."
Ma question est la suivante : comment David pourrait-il être accepté dans la généalogie de Jésus alors même que cette généalogie a pour origine un adultère ? Que Dieu ne plaise ! Ce récit n’est il pas en contradiction avec ce qui est mentionné en Deutéronome (23:2) : "Un bâtard n’entrera pas dans la congrégation du Seigneur ; même jusqu’à la dixième génération, il n’entrera pas dans la congrégation du Seigneur."
Le Livre de Samuel II (13:14) contient une autre allégation d’inceste assortie d’un viol commis par Ammon, le fils de David, sur la personne de sa demi-soeur Tamar : "mais il ne voulut pas l’écouter : il se saisit d’elle, lui fit violence et coucha avec elle."
Le Livre de Samuel II (16:33) relate un autre viol, multiple celui-ci, commis par Absalom sur les concubines de David : "Alors on dressa pour Absalom une tente sur le toit de la maison, et Absalom y pénétra et se joignit à toutes les concubines de son père à la vue de tout Israël."
(Je ne crois pas que qui que ce soit puisse agir ainsi, pas même un barbare).
Un autre inceste, commis par Juda et sa belle-fille Tamar est relaté en Genèse (38:18) : "Juda qui se rendait chez Timna pour tondre ses moutons, vit Tamar ; il la prit pour une prostituée parce qu’elle avait le visage couvert [...] Et il (Juda) lui donna (le cachet, le cordon, et le bâton) et se joignit à elle."
Bien que les Juifs et les Musulmans soient d’insignes ennemis, aucun musulman n’oserait écrire un livre propre à flétrir des prophètes tels Juda, David, Jésus et d’autres encore [P.B.S.E.] en les accusant de viol, d’adultère, d’inceste ou de prostitution. Tous les prophètes ont été envoyés par Allah pour guider l’humanité. Peut-on concevoir qu’Allah ait envoyé des gens à tort pour remplir cette mission ?

C. Je ne le pense pas. Mais n’avez vous pas foi en la Bible ?

M. Nous croyons en toutes les écritures divines, mais dans leur forme originelle. Dieu a envoyé à chaque nation un prophète ayant pour mission d’avertir, et certains d’entre eux avec une écriture destinée à guider cette nation en particulier.
Abraham a reçu le Pentateuque , Moïse, la Torah (qui constitue une partie de l’Ancien Testament), David, les Psaumes (en arabe, Zabur), et Jésus, l’Evangile (qui constitue le Nouveau Testament). Aucune de ces Ecritures n’est restée dans sa forme originelle. Allah a finalement envoyé Mohamed en tant que sceau de tous les prophètes avec le Saint Coran, comme guide destiné à toute l’humanité, en tous lieux et en tous temps. Or, Jésus a dit lui-même, en Mathieu (15:24) qu’il avait seulement été envoyé au peuple d’Israël :"Je n’ai été envoyé qu’aux brebis égarées de la maison d’Israël." Ce verset correspond en fait au début du même évangile, (1:21) : "Et elle mettra au monde un fils, et tu lui donnera le nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera son peuple de ses pêchés." Il ajouta même qu’il n’était pas venu pour changer mais pour accomplir [les Ecritures] ( Mathieu, 5:17-18) : "Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes : je ne suis pas venu pour détruire, mais pour accomplir. En vérité je vous le dis, jusqu’à ce que le ciel et la terre passent, pas un seul iota, pas un seul trait de lettre de la loi ne passera, jusqu’à ce que tout soit arrivé."

C. Mais en Marc (16:15), Jésus dit :"Allez par toute la terre, et prêchez l’Evangile à toute créature."

M. Ceci entre en contradiction avec ce qui est mentionné ci-dessus en Mathieu (15:24) et Mathieu (1:21). Par ailleurs, les versets 9 à 20 de Marc, 16 ont été supprimés de bien des bibles. La Nouvelle Bible Classique Américaine a mis cette partie entre crochets et a écrit le commentaire suivant :"Quelques manuscrits des plus anciens font abstraction des versets 9 à 20."
La Nouvelle Traduction Universelle des Saintes Ecritures utilisée par les témoins de Jéhovah, admet que certains manuscrits anciens ajoutent une conclusion plus ou moins longue à la suite de Marc (16:8) mais que certains l’omettent. D’autre part, la Version Classique Corrigée porte en marge la mention suivante :"Parmi les plus anciennes faisant autorité, certaines versions clôturent le livre à la fin du verset 8 [...]".
De cela il ressort également que, telle qu’elle est décrite en Marc (16:9), la résurrection ne peut être retenue comme véridique.

C. Jésus cependant a dit en Mathieu (28:19) :"Allez, faites de toutes les nations des disciples."

M. "Toutes les nations" signifie forcément les douze tribus d’Israël ; compris autrement, ce verset entre en contradiction avec Mathieu (15:24), et Mathieu (1:21). Dans la Nouvelle Bible Classique Américaine, et la Nouvelle Traduction Universelle des Saintes Ecritures, la traduction implique, non pas toutes les nations (de la terre), mais "toutes les nations (d’Israël)", ce qui signifie les douze tribus d’Israël . Que pensez-vous de la Bible maintenant ?

C. Ma croyance en elle commence à être ébranlée.

M. Je suis certain que vous serez convaincu de l’authenticité de l’Islam après que nous aurons discuté de tout ce qui le différencie du christianisme.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette